Nos besoins selon Maslow

Quels sont nos besoins selon Maslow ? Et nos envies ?

La pyramide du psychologue humaniste Abraham Maslow est mondialement connue. Elle hiérarchise les besoins fondamentaux et les motivations des êtres humains. La solitude n’est pas compatible avec ce schéma dans lequel les autres apparaissent obligatoirement.

La représentation de Maslow date des années 1940 et elle est aujourd’hui considérée comme douteuse par une partie de la communauté scientifique1. La hiérarchisation peut en effet varier d’un individu à l’autre, en fonction de son mode de vie, de sa culture et de sa personnalité. De plus, l’on peut s’interroger sur le terme besoin une fois le premier niveau passé à partir duquel il s’agit plutôt de désirs.

La pyramide et la solitude.

La pyramide est néanmoins une base de réflexion intéressante lorsque l’on réfléchit à la solitude. Avons-nous besoin des autres pour vivre ? Nous avons certainement besoin de respirer, manger, boire, dormir… Mais avons-nous besoin de compagnie, d’amour, d’échanges, de reconnaissance ? Certains répondront sans hésiter, pourtant les avis diffèrent. Nous en avons probablement envie, mais seulement certains pensent en avoir besoin pour se sentir heureux.

La pyramide des besoins selon Maslow représente plutôt un schéma utile en marketing. Elle élabore la liste de ce dont aurait besoin l’individu dans la société moderne pour pouvoir dire qu’il a réussi. La solitude ne peut pas être envisagée. Cependant, il existe d’autres schémas et façons de s’épanouïr qui ne dépendent pas de la société et des autres. Parvenir au sommet de la pyramide de Maslow en satisfaisant les besoins de tous les palliers doit en effet correspondre à un épanouissement complet. Je le souhaite sincèrement à tous. Mais je pense aussi qu’on peut être heureux sans réussir à grimper tous les échelons, voire en sautant certains niveau. Il importe avant tout de trouver son propre schéma…

La pyramide et moi

En ce qui me concerne, je ne remplis à peine les conditions du premier pallier avec les besoins physiologiques. Ensuite, mes besoins de sécurité, d’appartenance et d’estime ne sont pas satisfaits. Rien d’étonnant à ce que je me sente mal parfois ! Je ne peux cependant renier le sommet de la pyramide où se situe le besoin d’accomplissement. Je n’ai jamais cessé de développer mes connaissances et valeurs et m’y consacre toujours activement. Et cela me rend heureuse. Dans ma vie, il y a cependant un énorme vide à la place des besoins intermédiaires et sans doute essentiels (mais pas indispensables).

Satisfaire tous les besoins de la pyramide me semble légèrement utopique, mais on peut bien sûr y aspirer. Sans pour autant en souffrir si ce n’est pas le cas. Qu’en pensez-vous ?

Petite note finale positive :
En 1969, Maslow identifie un nouveau besoin motivationnel, un nouveau degré qu’il appellera dépassement de soi (self-transcendence). L’être humain complètement développé tendra à être motivé par une recherche qui dépasse sa propre individualité, pour s’impliquer dans une communion plus large, impliquant souvent un engagement au service d’autrui. Le niveau de dépassement de soi implique de mettre de côté ses propres besoins, au bénéfice de service à autrui ou à d’autres causes. 

Quadra célibataire qui vit seule avec son chien et son chat, mais aussi avec ses enfants parfois... Il m'est arrivé de me sentir seule et j'ai constaté que c'était le cas de beaucoup d'autres personnes. Je refuse de souffrir de la solitude et j'ai décidé de m'attaquer au problème et de le régler !
Posts created 13

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut